Aller au contenu principal
Share this page

MaMa 2017 : compte-rendu de la table-ronde organisée par l’Hadopi

6 novembre 2017

À l’occasion de l’édition 2017 du MaMa, l’Hadopi organisait une table-ronde le 20 octobre dernier à l’Élysée Montmartre sur le thème « Les pratiques culturelles des 8 – 14 ans : comment se préparer aux attentes de la génération Smartphone natives ? ».

Généralisation d’Internet, abaissement de l’âge de possession du premier smartphone, démultiplication des modes d’accès à des contenus en ligne constituent autant de facteurs qui modifient les pratiques culturelles. Les 8-14 ans forment la génération « Smartphone natives » et se distinguent de leurs ainés, les « Digital natives », par une consommation « Any time, anywhere, any device, any content » (ATAWADAC, ou en français : tout le temps, partout, tous les contenus, sur tous les supports).

L’Hadopi a fait appel à l’institut MSM pour réaliser une étude qualitative approfondie auprès de 63 élèves âgés de 8 à 14 ans. Afin d’identifier les ruptures propres à cette nouvelle génération, les enseignements clés de cette étude ont été présentés et discutés à l’occasion de la table ronde animée par Raphaël Berger (Directeur des Études et de l’Offre Légale), avec Philippe Le Guern (sociologue, Université de Nantes), Mathieu Pinaud (directeur de la Promotion, PIAS) et Michael Turbot (Responsable de l’innovation et des nouveaux usages, Sony Music France).

Les intervenants ont tour à tour pris la parole pour aborder les questions de l’évolution des usages de la musique au quotidien chez les jeunes ainsi que de leur propension à payer pour l’accès aux contenus musicaux. D’après l’étude réalisée, il ressort que si la musique est importante pour 84 % des élèves interrogés, 96 % d’entre eux n’estiment pas nécessaire d’avoir un abonnement streaming. Ce constat peut s’expliquer par le fait que les jeunes bénéficient souvent de l’abonnement streaming de leurs parents et par l’importance de YouTube dans leur accès à la musique. En outre, l’innovation technologique bouscule fortement les repères, si bien que les notions d’illégalité et de « piratage » sont largement abstraites pour les 8-14 ans.

Plus globalement, le rapport à la musique s’est modifié avec le passage au numérique, elle est de moins en moins utilisée comme un bien matériel et davantage comme un service. Face à l’abondance de l’offre musicale, des prescripteurs (algorithmes ou intelligence artificielle) permettent de « guider » le public en lui recommandant des titres potentiellement à son goût.

Pour clôturer l’évènement, la question de l’apparition de nouveaux contenus a été soulevée, avec le développement de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle, soulignant le fait que l’avenir sera à davantage d’« expérience » et d’interactivité dans l’usage de la musique.

Tags :

0 Commentaire