Aller au contenu principal
Share this page

L’Hadopi était présent à ThinkCulture2017

6 septembre 2017

Bilan de la table-ronde organisée sur les pratiques illicites et les pratiques à risques.

Dans le cadre de la journée de conférences Think Culture ! qui s’est tenu le 5 septembre à l’université Paris-Dauphine sur le thème « acteurs publics, acteurs privés : des modèles en mouvement ? », La Haute Autorité a organisé une table-ronde intitulée « Pratiques illicites, pratiques à risques : quel rôle pour les acteurs publics et culturels ? » réunissant des représentants de la CNIL, de l’UNAF et de l’association Ennocence pour évoquer les actions publiques et privées de sensibilisation des internautes aux pratiques à risques.

L’Hadopi a d’abord présenté une synthèse de son étude sur la perception des consommateurs des risques encourus sur les sites illicites. Madame Carina Chatain  (responsable de l'éducation au numérique au sein de la CNIL), M. Olivier Gérard-Andrieu (coordinateur du pôle média-TIC et responsable du projet PedaGoJeux à l’UNAF) et M. Gordon Choisel (président de l’association Ennocence) ont pu confronter leurs expériences respectives. Les différents intervenants ont ainsi présenté les risques inhérents à l’usage d’Internet en matière de protection des données personnelles ou d’exposition des jeunes internautes à des contenus inappropriés (notamment violents ou pornographiques) puis détaillé les actions qu’ils mettent en œuvre en vue de prévenir ces risques.

ThinkCulture2017

Pour Madame Chatain, « les actions de la CNIL ont pour objectif d’expliquer et de donner les moyens à chacun de contrôler sa vie privée en ligne, pas d’avoir un discours moral sur Internet. L’idée n’est pas de dire que ceci ou cela est bien ou mal, mais d’exprimer comment bien utiliser Internet pour garantir le respect de sa propre vie privée en ligne ». La nécessité d’un discours neutre et objectif est partagée par M. Andrieu, qui souligne que la sensibilisation aux bonnes pratiques de jeux vidéo « doit s’adresser tant aux enfants qu’aux parents. Il faut communiquer de manière pédagogique auprès de tout le monde : le jeu vidéo est désormais une pratique familiale, les parents sont aussi des joueurs ».

Il apparaît une grande diversité des actions de sensibilisation ; à côté des actions de terrain de la CNIL et de PedaGojeux qui visent les utilisateurs, M. Choiseul a mis en avant « le travail de lobbying de l’association Ennocence, l’objectif étant de faire évoluer la législation pour protéger les enfants de l’exposition à des contenus inappropriés sur les sites illicites ». Au final, et en réponse à une question d’une personne du public, tous les participants de la table-ronde ont souligné les difficultés d’adaptation de l’action publique à l’évolution rapide des usages numériques, ce qui rend d’autant plus nécessaire les actions de tous les acteurs, au quotidien, pour encourager un usage responsable d’Internet.

  • Retrouvez plus d’information sur www.culture.newstank.fr
  • Retrouvez l’étude complète menée par l’Ifop « Pratiques illicites, pratiques à risques : quel rôle pour les acteurs publics et culturels ? » (bientôt disponible)
Tags :

0 Commentaire