Sélection de chiffres sur la musique issus de la 2ème vague du Baromètre Usages

  • Imprimer
  • Réduire la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook

28/01/2013

A l’occasion du  MIDEM qui s’est tenu à Cannes du 26 au 29 janvier 2013, ci-dessous, quelques chiffres sur la consommation de musique dématérialisée issus de la 2ème vague du Baromètre Usages

Bref rappel de la méthodologie


  •   Etude quantitative réalisée en ligne
  •  Enquêtes du 28 septembre au 11 octobre 2012
  •  1530 internautes âgés de 15 ans et plus
  •  Echantillon national représentatif (méthode des quotas)

 

Quelques informations sur la consommation de musique dématérialisée :


Le bien culturel le plus consommé en ligne, avec un clivage selon l’âge


37% des internautes interrogés ont consommé de la musique en dématérialisé au cours des 12 derniers mois, ce qui en fait le bien culturel le plus consommé en ligne. Cependant, des différences sont à relever selon l’âge des sondés :

  •  Les plus jeunes sont très friands de musique : près de 3 internautes âgés de 15-24 ans sur 5 disent avoir écouté de la musique dématérialisée au cours des 12 derniers mois.
  •  Les 25-39 ans sont aussi consommateurs de musique dématérialisée (près d’1 sondé sur 2).
  •  En revanche, seul 1 internaute âgé de 40 ans et plus sur 4 dit en avoir consommé.

 

Pour 87% des consommateurs de musique dématérialisée, la consommation gratuite prévaut sur la consommation payante


Si la musique est l’un des biens culturels le plus consommé de manière dématérialisée, c’est aussi l’un des biens le plus consommé gratuitement.

  • 87% des consommateurs de musique dématérialisée ont dit la consommer uniquement ou le plus souvent gratuitement
  • Seuls 7% ont déclaré la consommer uniquement ou le plus souvent de façon payante

 

La musique est le bien culturel le plus consommé de façon licite


  • 91% des consommateurs de musique dématérialisée ont mentionné  au moins un site licite lorsqu’il leur a été demandé de donner les noms des sites qu’ils utilisent le plus souvent pour consommer en ligne.
  • Par ailleurs, lorsque l’on leur demande d’évaluer eux-mêmes leur consommation de musique dématérialisée, ils sont 80% à estimer avoir une consommation de musique exclusivement licite.
  • Ce chiffre accuse une hausse significative par rapport à décembre 2011 (72%).

 

Les freins à la consommation licite de musique : le prix et l’habitude


Lorsque l’on demande les freins à la consommation licite de musique aux sondés qui ont dit avoir des usages illicites, le prix arrive en tête des raisons avancées (76%), puis vient ensuite le poids de l’habitude (48%), ce qui est assez similaire aux motifs avancés pour les autres biens culturels dématérialisés.

En revanche, les consommateurs avancent souvent la pauvreté du choix comme frein à la consommation licite (57% en général) mais ne sont que 30% à s’en plaindre pour la musique.