Skip to main content

Participation de l’Hadopi les 27 et 28 septembre 2021 au 7e forum Entreprendre dans la culture : Lutte contre le piratage dans le monde et découvrabilité sur les SMAD et webcréation

27 September 2021

L’Hadopi anime deux tables rondes dans le cadre de la 7e édition nationale du Forum Entreprendre dans la culture organisée par le ministère de la Culture à la Maison des métallos du 27 au 30 septembre.

Le lundi 27 septembre à 14.30, Mathilde Persuy, responsable des relations internationales à la direction juridique de l’Hadopi, présente un état des lieux des Différents dispositifs de lutte contre le piratage en France et à l’étranger.

Cette présentation s’appuie sur le rapport publié par l’Hadopi qui analyse les dispositifs déployés dans 32 pays dont la France. Ce rapport souligne à nouveau le caractère transnational du phénomène de piratage et des acteurs illicites ainsi que la similarité des enjeux dans les pays impactés, lesquels requièrent une coopération internationale forte. La coopération internationale organisée par l’autorité publique permettrait aussi de contribuer au niveau européen et international à une application coordonnée et cohérente des dispositions de lutte contre le piratage et à faciliter et accélérer la qualification de l’offre illicite, par nature protéiforme.

Pour en savoir plus:
Le rapport complet Stratégies de lutte contre le piratage des contenus culturels et sportifs en France et à l’international
La synthèse du rapport Stratégies de lutte contre le piratage des contenus culturels et sportifs en France et à l’international

 

Le mardi 28 septembre à 17h15, Aurélien Branger, responsable de l’offre l’égale au sein de la direction des études et de l’offre légale de l’Hadopi, anime un atelier/table ronde sur Les enjeux des quotas audiovisuels et de la découvrabilité sur les Services de médias audiovisuels à la demande (SMAD) avec la participation de Joëlle Farchy, professeure des universités et directrice scientifique dans le domaine des sciences de l’information et de la communication et des sciences économiques, Danielle Sartori, cheffe du département SMAD, distribution et nouveaux services au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), et Etienne Métras, directeur de la stratégie de FilmoTV.
Alors que les services de médias audiovisuels à la demande (SMAD), comme la vidéo à la demande ou la télévision de rattrapage permettent de visionner sur le poste de télévision ou l’ordinateur, de manière gratuite ou payante, des programmes audiovisuels au moment choisi par l’utilisateur, et après l’entrée en vigueur du décret « SMAD » le 1er juillet, cette table ronde est l’occasion de confronter les obligations d’exposition des contenus européens et d’expression originale française avec les problématiques entourant la question de la découvrabilité des contenus.
Selon la définition retenue dans le rapport de la mission franco-québécoise sur la découvrabilité des contenus culturels francophones publié en novembre 2020, « la découvrabilité d’un contenu dans l’environnement numérique se réfère à sa disponibilité en ligne et à sa capacité à être repéré parmi un vaste ensemble d’autres contenus, notamment par une personne qui n’en faisait pas précisément la recherche ».
À l’heure où le nombre de SMAD et l’importance des catalogues d’œuvres croissent, cette table ronde fait ainsi le point sur le cadre règlementaire actuel, l’application effective de ces nouvelles mesures et enfin prend en compte la mise en œuvre de ces mesures par un acteur de l’offre légale culturelle en ligne.

Enfin, le mardi 28 septembre à 15h30, Raphaël Berger, directeur des études et de l’offre légale de l’Hadopi, intervient dans la table ronde consacrée à la « Web création : un nouvel acteur dans l’audiovisuel ».
Touchant avec succès le jeune public, depuis quelques années déjà, par l’émergence de formats originaux et de nouvelles écritures, la web création génère désormais des parcours professionnels inédits de talents créatifs qui sont, cependant confrontés à des enjeux de structuration et de professionnalisation. Cette table ronde représente ainsi pour l’Hadopi l’opportunité d’évoquer son rôle actuel en la matière avec la création de l’ARCOM à partir du 1er janvier 2022.